Luis Sepulveda

 
Luis Sepulveda. Source: Wikipedia

Luis Sepúlveda est un écrivain chilien né le à Ovalle. Son premier roman, Le Vieux qui lisait des romans d'amour, traduit en trente-cinq langues et adapté au grand écran en 2001, lui a apporté une renommée internationale. Son œuvre, fortement marquée par l'engagement politique et écologiste ainsi que par la répression des dictatures des années 1970, mêle le goût du voyage et son intérêt pour les peuples premiers.

Parcours

Il milite très jeune dans les Jeunesses communistes en 1961. Étudiant, il est emprisonné par la dictature du général Augusto Pinochet et séjourne deux ans et demi à Temuco, au sein d'une prison pour opposants politiques : « À la fin d’un procès sommaire du tribunal militaire, en temps de guerre, à Temuco en février 1975, au terme duquel je fus accusé de trahison de la patrie, conspiration subversive, et appartenance aux groupes armés, entre autres délits, mon avocat commis d’office (un lieutenant de l’armée chilienne) est sorti de la salle — nous sommes restés dans une salle à côté — et, euphorique, m’a annoncé que ça s’était bien passé pour moi : j’avais échappé à la peine capitale et j’étais condamné seulement à vingt-huit ans de prison. »

En 1977, grâce à l'intervention d'Amnesty International, Luis Sepúlveda est libéré. Sa peine de vingt-huit ans de détention est commuée en huit années d'exil en Suède. En fait, le jeune homme va voyager et sillonner l'Amérique du Sud. Il séjourne en Équateur, où il fonde une troupe de théâtre dans le cadre de l'Alliance française ; puis au Pérou, en Colombie et au Nicaragua. En 1978, il partage pendant un an la vie des indiens shuars dans le cadre d'un programme d'étude pour l'UNESCO afin d'étudier l'impact de la colonisation sur ce peuple. Au Nicaragua, il s'engage dans la lutte armée aux côtés des sandinistes (il intègre en 1979 la Brigade Internationale Simón Bolívar). Après la victoire de la révolution, il travaille comme reporter.

À partir de 1982, Luis Sepúlveda s'installe en Europe, d'abord à Hambourg en Allemagne et y travaille comme journaliste, voyageant souvent en Amérique latine et en Afrique. Il travaille avec Greenpeace de 1982 à 1987 sur l'un de ses bateaux d'où il coordonne différentes sections de l'organisme. L'écrivain s'établit ensuite dans les Asturies, dans le nord de l'Espagne. Il milite à la Fédération internationale des droits de l'Homme.

Œuvres

  • 1969 : Crónica de Pedro Nadie, contes
  • 1986 :
    • Los miedos, las vidas, las muertes y otras alucinaciones, contes
    • Cuaderno de viaje, contes
  • 1989 : Mundo del fin del mundo
  • 1992 : Un viejo que leía novelas de amor
  • 1994 : Patagonia Express
  • 1996 : Nombre de torero
  • 1997 : Desencuentros
  • 1998 : Diario de un killer sentimental
  • 1999 : Hot Line
  • 1999 : Yakaré
  • 2001 : Historias marginales
  • 2003 : La locura de Pinochet
  • 2005 :
    • Moleskin
    • Los peores cuentos de los hermanos Grim (coécrit avec Mario Delgado Aparaín)
  • 2008 : La lámpara de Aladino y otros cuentos para vencer al olvido
  • 2010 : La sombra de lo que fuimos
  • 2011 : Historias de aquí y de allá
  • 2012 : Últimas noticias del Sur
  • 2013 : Escrituras en tiempos de crisis
  • 2015 : El Uzbeko mudo : y otras historias clandestinas
  • 2016 : El Fin de la Historia,

Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse

  • 1996 : Historia de una gaviota y del gato que le enseñó a volar, ouvrage de littérature d'enfance et de jeunesse Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, traduit par Anne-Marie Métailié, Paris, Métaillé, 1996 (ISBN 2-02-030043-5)
  • 2013 : Historia de Mix, de Max, y de Mex
  • 2014 : Historia de un caracol que descubrió la importancia de la lentitud
  • 2016 : Historia de un perro llamado Leal

Récompenses

  • Pour Le Vieux qui lisait des romans d'amour :
  • Pour Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler :
    • Label du Prix Bernard Versele, catégorie 5 chouettes 1998
    • Prix Salicorne du 3e festival du Livre animalier pour la jeunesse 1998
    • Prix Sorcières roman 1997
    • Prix jeunesse Gabier du Salon du livre de Concarneau 1997
    • Prix de la Cité des livres, Cherbourg-Octeville 2004
    • Prix Mille pages jeunesse du roman 1997
    • Prix des CM1/CM2/6e du festival du livre pour la jeunesse « Lire aux éclats » de Sallanches, 1998
    • Sélection Éducation nationale (France)

Sur quelques ouvrages

La Fin de l'histoire

L'action de ce thriller politique se déroule surtout au Chili, à Santiago, dans les années 2010. Mikhaïl Senionovitch Krasnov, alias Miguel Krassnoff (es) (1946-), est un ataman cosaque. Son père, Piotr Krasnov (1869-1947), chef des cosaques de l’armée blanche, fils de Nikolaï Krasnov (1833-1900), a fait le siège de Petrograd. Son vainqueur, Trotski lui impose la vie sauve, la défaite sans honneur, la promesse de ne plus agir contre le pouvoir soviétique. Le vaincu continue le combat contre la Russie, pour l’Allemagne nazie. Il se retrouve diriger en 1944 quelques mois la Kosakia, en Carnie (Frioul). Grâce à l'organisation Odessa, certains Cosaques peuvent fuir en Amérique latine. Le fils participe aux exactions militaires de la répression sous Pinochet, avec la DINA. Désormais accusé et prisonnier à la Villa Grimaldi, il demande à être libéré. Un commando russe de trois agents spéciaux, revenus d’Afghanistan est envoyé à Santiago le libérer. Leurs deux contacts chiliens Victor Espinoza et Pablo Salamendi ne se sont pas programmés pour cela. Et l’ancien guerillero retraité Juan Belmonte, solitaire, vit retiré loin au sud, depuis vingt ans, vivant avec sa compagne Veronica, brisée de l’intérieur, rescapée de la Villa Grimaldi. Ces six hommes se connaissent pour avoir été formés à l’académie Rodion Malinovski, avec le colonel Stanislav Sokolov Slava. Le Suisse Marker réactive Juan Belmonte, qui, sous la menace, monte à Santiago, laissant Veronica sous la protection de Pedro de Valdivia el Petiso.

La fiction s’appuie sur les réalités chiliennes des années 1970-2000.

Filmographie

Comme scénariste

  • 1986 : Vivir a los 17
  • 2000 : Tierra del fuego
  • 2002 : Corazón verde
  • 2002 : Nowhere
  • 2004 : Corazón-bajo

Comme réalisateur

  • 1986 : Vivir a los 17
  • 2002 : Nowhere
  • 2004 : Mano armada
  • 2004 : Corazón-bajo

Comme monteur

  • 2004 : Mano armada
  • 2004 : Corazón-bajo

Comme acteur

  • 1998 : La Mouette et le Chat (La Gabbianella e il gatto) : le poète (voix)
  • 2000 : Bibo per sempre : Il Barbone

Comme directeur de la photographie

  • 2004 : Corazón-bajo

Comme producteur

  • 2004 : Mano armada

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

  • Liste d’œuvres littéraires traitant des dictatures militaires dans les pays latino-américains au XXe siècle

Liens externes

  • Portail du Chili
  • Portail de la littérature
  • Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Luis Sepulveda de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Livres

Afficher "Le Neveu d'Amérique"Afficher "Les Roses d'Atacama"Afficher "La Fin de l'histoire"Afficher "Ingrédients pour une vie de passions formidables"Afficher "Le Vieux qui lisait des romans d'amour"Afficher "L'Ombre de ce que nous avons été"Afficher "Histoire d'un chien mapuche"Afficher "L'Ouzbek muet et autres histoires clandestines"Afficher "Une Sale histoire"Afficher "Journal d'un tueur sentimental"Afficher "Tierra del fuego"