Eric Faye

 
Eric Faye. Source: Wikipedia

Éric Faye, né le à Limoges, est un écrivain français, lauréat notamment du grand prix du roman de l'Académie française en 2010.

Biographie

Éric Faye publie sa première fiction, Le Général Solitude, une nouvelle, dans la revue Le Serpent à Plumes en 1992. Trois ans plus tard, il développe cette nouvelle en un premier roman homonyme. Ses deux premiers livres, parus en 1991, sont un essai sur Ismail Kadaré et un recueil d'entretiens avec cet écrivain, réalisés à Tirana puis en France. En 1998, son recueil de nouvelles fantastiques Je suis le gardien du phare obtient le prix des Deux Magots. Suit un essai, Dans les laboratoires du pire, consacré aux contre-utopies dans la littérature du XXe siècle, d'Orwell à Aldous Huxley et Ray Bradbury. Dans un autre essai, Le Sanatorium des malades du temps, il étudie le rapport entre certains personnages de romans du XXe siècle (chez Thomas Mann, Dino Buzzati, Julien Gracq, Kobo Abe) et le temps.

Son deuxième roman, Parij, publié en 1997, est une uchronie située dans un Paris partagé en une zone occidentalisée et une zone communiste, en imaginant qu'en 1945, les Allemands, remportant la bataille des Ardennes, avaient retardé la progression des Américains et que la partie de l'Europe sous tutelle soviétique devint par conséquent nettement plus étendue qu'elle ne le fut dans la réalité.

Son œuvre, publiée par la maison d'éditions José Corti et aux éditions Stock, se partage entre des nouvelles, le plus souvent à caractère absurde ou teintées de fantastique, des romans (dont le roman d'anticipation Croisière en mer des pluies, en 1999 - prix Unesco-Françoise-Gallimard), des essais et des récits, parmi lesquels Mes trains de nuit, puisés dans des voyages à travers l'Asie et l'Europe de 1982 à 2005. Il publie en 2009, Nous aurons toujours Paris, dans lequel, en suivant le fil rouge du merveilleux depuis l'enfance, il évoque ses rencontres avec des écrivains (Ismail Kadaré, Julien Gracq). En 2010, il se rend avec l'écrivain Christian Garcin en Iakoutie, descend la Léna jusqu'à son embouchure dans l'océan Arctique. Ils en tirent un récit, En descendant les fleuves - Carnets de l'Extrême-Orient russe. Depuis 2005, son œuvre s'oriente vers la littérature de voyage, en alternance avec des textes de fiction et des récits. Il participe à l'été 2012 à un voyage d'écrivains sur l'Ienisseï en Sibérie centrale, jusqu'à la zone d'accès restreint de Norilsk. En 2016 et 2017, deux voyages au Tibet et dans des provinces avoisinantes de Chine le conduisent sur les traces d'Alexandra David-Neel, ce dont il tire un récit, Dans les pas d'Alexandra David-Néel, coécrit avec Christian Garcin.

Ses nouvelles, comme celles du recueil Un Clown s'est échappé du cirque, portent un regard souvent ironique et très critique sur le monde du travail et le libéralisme économique[réf. nécessaire].

Éric Faye a dirigé un numéro sur Kafka (Autrement, 1996) et pris part à l'édition des œuvres d'Ismail Kadaré aux éditions Fayard. Il a participé à la rédaction des mémoires de Jusuf Vrioni, Mondes effacés. Souvenirs d'un Européen, parus chez Jean-Claude Lattès. Il a également signé les préfaces du roman Fils d'homme d'Augusto Roa Bastos ou encore de livres de Dominique Fabre (Le Perron) et Xavier Hanotte (La Nuit d'Ors).

Le , il reçoit pour Nagasaki le grand prix du roman de l'Académie française. Ce roman a été traduit par la suite dans une vingtaine de langues et adapté en roman graphique par Agnès Hostache.

En 2012, Éric Faye est lauréat de la Villa Kujoyama à Kyôto, période dont il tire un journal, Malgré Fukushima et le roman Eclipses japonaises.

Œuvre

  • 1991 : Ismail Kadaré, Prométhée porte-feu, essai, Éditions Corti, (ISBN 2714304141)
  • 1991 : Entretiens avec Ismail Kadaré, Éditions Corti, (ISBN 2714304155) édité erroné (notice BnF no FRBNF35414108)
  • 1993 : Dans les laboratoires du pire, essai, Éditions Corti, (ISBN 2714304869)
  • 1995 : Le Général Solitude, Bourse Cino Del Duca, roman (ISBN 2908957647)
  • 1996 : Le Sanatorium des malades du temps, essai, Éditions Corti, (ISBN 2714305806)
  • 1997 : Parij, roman, prix du Quartier latin (ISBN 2842610253)
  • 1997 : Je suis le gardien du phare, nouvelles, prix des Deux Magots 1998, Éditions Corti,(ISBN 2-7143-0626-2) édité erroné (notice BnF no FRBNF36185262)
  • 1998 : Le Mystère des trois frontières, roman (ISBN 2842610474)
  • 1999 : Croisière en mer des pluies, roman, prix Unesco-Françoise Gallimard (ISBN 2234050871)
  • 2000 : Les Lumières fossiles et Autres Récits, nouvelles, Éditions Corti, (ISBN 2714307078)
  • 2001 : Les Cendres de mon avenir, roman (ISBN 2234053854)
  • 2002 : Quelques nobles causes pour rébellions en panne, nouvelles, Éditions Corti, (ISBN 2714307671)
  • 2003 : La Durée d'une vie sans toi, roman (ISBN 2234056055)
  • 2005 : Mes trains de nuit, récit (ISBN 2234058198)
  • 2005 : Un Clown s'est échappé du cirque, nouvelles, Éditions Corti (ISBN 2714308880)
  • 2006 : Le Syndicat des pauvres types, roman (ISBN 2234059291)
  • 2007 : Billet pour le pays doré, nouvelle, Éditions Cadex (ISBN 9782913388635)
  • 2008 : Passager de la ligne morte, nouvelle (ISBN 9782915715149)
  • 2008 : L'Homme sans empreintes, roman, prix François-Billetdoux 2008 (ISBN 2234061237)
  • 2009 : Nous aurons toujours Paris, récit (ISBN 978-2-234-05981-8)
  • 2009 : Quelques nouvelles de l'homme, illustré par Laurent Dierick, nouvelles, Éditions Corti, (ISBN 978-2714310057)
  • 2010 : Nagasaki, roman (ISBN 978-2-234-06166-8) - Grand prix du roman de l'Académie française
  • 2011 : En descendant les fleuves - Carnets de l'Extrême-Orient russe, avec Christian Garcin, Éditions Stock
  • 2012 : Devenir immortel, et puis mourir, nouvelles, Éditions Corti, (ISBN 978-2-7143-1074-3)
  • 2013 : Somnambule dans Istanbul, récit, Éditions Stock
  • 2014 : Malgré Fukushima, journal, Éditions Corti, (ISBN 978- 2-7143-1124-5)
  • 2014 : Une si lente absence, avec Xavier Voirol, éditions Le Bec en l'air, (ISBN 978-2-36744-048-4)
  • 2015 : Il faut tenter de vivre, Éditions Stock, (ISBN 978-2-234-07801-7)
  • 2016 : Éclipses japonaises , Le Seuil, (ISBN 978-2-02-131849-4)
  • 2018 : Dans les pas d'Alexandra David-Neel, avec Christian Garcin, Editions Stock (ISBN 978-2-234-07977-9)
  • 2019 : La Télégraphiste de Chopin Le Seuil, (ISBN 978-2-02-136269-5)
  • 2019 : Nouveaux éléments sur la fin de Narcisse, nouvelles, Éditions Corti, (ISBN 978- 2-7143-1215-0)

Sur quelques ouvrages

Éclipses japonaises

Le roman commence en aimable fiction sur des disparitions (les évaporés, volatilisés, effacés), et se révèle enquête (scénarisée) sur les enlèvements de citoyens japonais par la Corée du Nord, surtout de 1977 à 1979, entre autres activités illicites de la Corée du Nord. Tous les noms de personnes ont été modifiés par l'auteur/narrateur.

Une jeune collégienne de treize ans, Naoko Tanabe, sort de son cours de badminton et disparaît. La jeune Setsuko Okada est enlevée avant son anniversaire. Un couple disparaît sur une plage. Un archéologue Shigeru Hayashi. Par recoupements, d'autres échappent à des enlèvements, mais combien de disparitions inexpliquées... Déjà, en 1966, le caporal américain Jim Selkirk disparaît, pour ne réapparaître que trente-huit ans plus tard.

Une partie des activités illicites nord-coréennes finissent par être révélées par la terroriste nord-coréenne Chai Sae-jin (Perle de l'univers), responsable avec Young-ha de la destruction en 1987 du Vol 858 Korean Air (voir Kim Hyon-hui et Kim Seung Il). Les personnes japonaises enlevées reçoivent une formation en coréen et en pensée du juche, et sont utilisées pour former les services spéciaux (déjà bien formés en langue japonaise) en culture japonaise, pour rendre leurs éventuelles intrusions japonaises plus crédibles (souvenirs d'enfance, comptines, gestes, mimiques, intonations, régionalismes, émissions de télévision...).

Naoko Tanabe, renommée Hyo-soon (fille douce), formée par In-Sook, Ji-young et Jin-kyeong, est mariée et mère de Soon-hwi. Setsuko Okada (Megumi Yokota), renommée Young-im, est mariée à Jim Selkirk, et mère de Eun-ok et Sok-chon. Shigeru Hayashi, spécialiste de statuettes dogū, devient acteur (en japonais) de cinéma nord-coréen, et croise d'autres acteurs japonais et quelques acteurs américains (Jim Selkirk, Ted Williams, Bill Terenson, Richard Cardona).

En 1996, un employé de renseignement japonais, chargé de visionner les films nord-coréens, repère dans un film de Jo Kyeong-sun , un acteur avec une diction japonaise atypique. Par recoupements, on découvre qu'il s'agit de cet archéologue disparu. La CIA repère sur une cassette vidéo le caporal Selkirk disparu depuis trente ans. Le journaliste retraité Hideaki Minamoto mène une enquête sur d'autres enlèvements (Choi Eung-hee, Shin Sang-ok, Kimur Midori, Hori Soji) et retrouve Madame Tanabe.

L'affaire du navire USS Pueblo (AGER-2) (1968) est rappelée, mais surtout celle du chalutier-espion nord-coréen, coulé en 2001 (combat d'Amami-Ōshima). En 2002, le premier ministre japonais se rend en visite officielle en Corée du Nord, où sévit à nouveau une sérieuse crise alimentaire, et se voit remettre une liste de Japonais qu'ils reconnaissent avoir enlevés (p. 182), treize, dont cinq encore en vie, mais pas Naoko Tanabe, officiellement suicidée en 2001.

En 2002 ou 2003, Sae-jin, graciée par le président sud-coréen, vit sous protection en liberté surveillée. L'agent nord-coréen Wang chargé de l'éliminer (et dont le séjour est assuré par un pharmacien, agent dormant, Baek Chung-su), hésite et est abattu par ceux qui le surveillent.

En 2004, Setsuko et Selkirk (après une opération aux États-Unis) se retrouvent au Japon. En 2012, Eun-ok avoue à son amoureux Noboru Ikeda qu'elle est arrivée au Japon avec ses parents à l'âge de dix-sept ans. En 2012 toujours, Madame Tanabe rencontre en Corée du Nord sa petite fille, Soon-hwi, copie de Naoko.

Nouveaux éléments sur la fin de Narcisse

Le recueil contient les quatorze nouvelles suivantes :

  • Sans effraction ; Femme dans un miroir ; Guerre des ombres ; Dérèglement climatique ; Morte-saison,
  • Anacoluthe ; Quelques lézardes sans gravité ; Appels lointains ; Anamorphose ; Quadrature,
  • Nouveaux éléments sur la fin de Narcisse ; Derrière les lignes ; Effet secondaire ; Sur l'échelle du temps.

Notes et références

Liens externes

  • Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généraliste : Brockhaus Enzyklopädie
  • Ressource relative à la littérature :
    • NooSFere
  • Entretien avec Frédérique Roussel, Libération, 3 décembre 2009
  • Les fables singulières d'Éric Faye - Magazine Lire, mai 2012
  • Éric Faye, Portrait, Le Monde, par Jean-Luc Douin, février 2008
  • Éric Faye, Sans identité fixe, Portrait, Le Figaro, 2008
  • Étude parue dans Fabula - « L'Homme sans empreintes »
  • Portail de la littérature française

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Eric Faye de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

RomanScience Fiction

Auteurs associés

Livres

Afficher "Il faut tenter de vivre"Afficher "La Télégraphiste de Chopin"Afficher "Eclipses japonaises"Afficher "Je suis le gardien du phare"Afficher "Nagasaki"Afficher "Un Clown s'est échappé du cirque"